Le Touquet : la rue St Jean, rue du président Macron

« Où est la maison d’Emmanuel et Brigitte Macron? » Est sûrement la question la plus posé en ce moment sur les champs Élysées du Touquet : sur la rue St Jean. Cette rue n’a pourtant pas attendu le président pour se remplir de monde tous les week-ends et toutes les vacances. Une des particularités de cette station balnéaire est en effet d’être dynamique et ouverte toute l’année.

En permanence de très nombreuses activités et événements y sont organisés été comme hiver : Enduro, british week, concours de Bridge, Wake Park, tournois sportifs, exposition d’œuvres géantes en sable… Et le charme du Touquet est d’avoir tous ses commerces ouvert tous les samedis et et tous les dimanches de l’année. La rue St Jean n’est qu’une rue et pourtant c’est l’artère principale qui conduit au front de mer. On y retrouve des établissements historiques comme le restaurant Les Sports ou le casino et sa salle étonnante décorée façon temple égyptien.

casino egyptien

Elle commence côté forêt par un morceau de l’avenue du Verger mais ne prend officiellement son nom qu’après le boulevard Daloz qui porte le nom du créateur du Touquet. C’est dans la première partie de cette avenue que se trouve la maison du Président. Ne vous attendez pas à y trouver le clinquant des maisons de Donald Trump ni les trompettes des « guided tours » de Los Angeles. Ici tout est en discrétion et savoir vivre.

Les habitants fortunés n’étalent pas leurs richesses et vivent simplement. Enfin sans exagération. Ils vivent bourgeoisement tout de même aimant par exemple les innombrables boutiques de bouche de la rue de Metz, toutes plus appétissantes les unes que les autres. La rue St jean est très différente et enchaine les magasins de vêtements, quelqutes restaurants et deux fabuleux chocolatiers.

On s’arrêtera bien sûr dans l’institution « Le Chat Bleu ». Il ne s’agit en aucun cas d’un toiletteur pour chien mais du chocolatier historique de la station. On franchit la Porte et la machine à remonter le temps s’emballe. Les pots à bonbons de toutes les couleurs décorent l’arrière comptoir. Fleurs violettes sucrées, boules sucrés argentés, soleils sucrés jaunes… on ne connaît plus ces bonbons mais on a envie de les croquer.

Les choses sérieuses sont un peu plus bas et sont couleurs chocolats. L’étalage de bouchées fait rêver. La dégustation commence avec les noms de ces merveilles : carré d’as, Spirou, souris, grenobloise, chat bleu, la bûche, le fagotin, la châtaigne… La calculatrice tourne et chauffe? Que nenni! L’addition est poétique et se fait à la main sur un bout de papier. Pour les petits on craque devant les petits paniers qui se remplissent avec les yeux émerveillés des petits êtres haut comme trois pommes.

Un peu plus loin on déguste une moule frittes dans le restaurant « les sports ». Ce restaurant date aussi des débuts de la station et y a vu passé de nombreuses célébrités du cinéma ou de la chanson. Même Han Solo alias Harrison Ford est venu tester cette brasserie du bout de la galaxie.

Le Touquet et La rue St Jean vous transportent dans un autre univers. Venez profiter de toutes ces surprises et repartez avec des étoiles dans les yeux.

Publicités

Biarritz et les pirates : le trésor de Barbe noire

En l’an 2017, furent découvert,gravées dans la falaise, des inscriptions d’un autre âge. Et c’est comme cela que le célèbre pirate Barbe Noire refit parler de lui. Personne jusqu’à ce jour n’avait imaginé que ce pirate était descendu dans le pays Basque. On savait qu’il écumait l’Océan entre les Caraibes et l’île de Ré mais sa légende etait incomplète. De ses 7 trésors, on apprenait que l’un d’entre eux était caché aux environs de Biarritz. Bien avant l’impératrice, Barbe Noire avait terrifiée ces côtes.

Quand il mit un pied sur la fameuse Grande Plage, un Basque eu le temps de dire « Bizarra Beltza » (qui veut dire barbe Noire en Basque) avant d’avoir la gorge tranchée. Le pirate entendit Biartza. Qui devint plus tard Biarritza puis Biarritz.

Corsair, pirate, trésor, galion, Ile des Caraïbes… ces mots seraient orphelins sans la saveur d’un rouleau jauni par le temps, abîmé juste ce qu’il faut et datant au moins du 17ieme siècle : je veux parler de la carte.

carte des pirates de biarrritz

La descendance de Barbe Noire est nombreuse tant il écuma les bordels de la côte Atlantique. On eut d ailleurs l’occasion de rencontrer la dame Noire de l’île de Ré, une de ses petite-petites filles. Des recherches approfondies me permirent de découvrir le Basque Noir. Cet homme éleveur de taureau noir vouait un véritable culte à son ancêtre qui fit la richesse de sa famille. En lui rendant visite je compris que la carte de la région de Biarritz accrochée au mur de son hacienda espagnolisante cachait un secret.

Elle arborait un sigle romain III. Prêt à tout pour partir à la conquête de ces richesses inouïes avec mes moussaillons, je subtilisais la carte en ouvrant un
enclos de taureau pour créer une diversion.

De retour à Biarritz, je constituais une fine équipe de gredins. Le gringo mexicano toloso surnommé oliviero fut le premier à arriver accompagné de ses terrifiantes gringas : Sofia la fuerza et Paloma la dent de sang. Puis les mousquetaires complétèrent l’équipe : Aym le terrible, Toscana l’italienne au sourire mortel et le roi Baltazar et sa balafre. Un trésor attire les convoitises et l’équipe du être renforcée par les vaux-rien de l’équipe sanguinolente de Rackham Le Rouge.

jeunes pirates

Ces gredins commencèrent par le pied du phare qui comprenait un cadran d’hélios. Grâce aux indications cachées de la carte, Toscana, lointaine cousine d’Estaban fit parler le soleil et fouilla l’arrière d’une balustrade à l’endroit indiqué par la lumière qui transperçait le rocher. On se serait cru dans un épisode des merveilleuses cités d’or.

Le premier indice indiqua le rocher de la vierge. Un télescope de touriste permit à la fine équipe d’apercevoir la célèbre passerelle Eiffel indiquée sur l’indice. Fouetté par les vagues cet accès semblait inaccessible. La carte était pourtant formelle. La quête du Graal passait par ce rocher protégé d’une Statue de Marie.

pieuvre musée de la mer

Chaque aspirant pirate se battait pour trouver en premier l’élément promis par la carte. Les lieux emblématiques s’enchaînèrent : le musée de la mer et sa pieuvre inquiétante, l’église et son confessionnal maudit, le marchand de glace empoisonnée, le tunnel sombre sous l’hôtel du palais, les marches maudites de l’église orthodoxe, le terrain infernal de pelote basque et pour finir le garage Regina hanté.

Les gredins finirent par comprendre que le troisième trésor de Barbe Noir venait des pillages effectués sur les côtes de Trinidad et Tobago. Je ne peux que taire la fin de cette traque pour protéger ceux qui y ont participé. Reste le rêve, les aventures et les rencontres que nous permirent ce terrifiant pirate. Ouvrez les yeux. Sortez de votre grotte. L’aventure est partout dans le pays Basque.

Fête de Bayonne, Art Deco et garage Renauld : le pays Basque à la pointe des tendances

 

Quand vous n’êtes pas Basque, on vous le fait vite sentir. Et Basque c’est Basque. Des origines Sud Ouest ne suffisent pas. Si tu ne parles pas Basque, si tu ne peux pas justifier au moins d’un aïeul avec le célèbre béret, il te reste une solution : les fêtes de Bayonne. C’est donc fier comme Edmond Rostand que j’essayais d’obtenir le passeport basque en me rendant la bas. Vous remarquerez que j ai remplacer Artaban par Rostand pour faire plus local.

Vous l’aurez compris grâce au code couleur : tout blanc et un peu de rouge, vous devenez immédiatement Basque. Short blanc, tee shirt blanc et foulard rouge et le fête peut commencer. Je vous recommande un artiste de rue pour personnaliser votre tee shirt : une tête Basque façon tatouage.

tag fete de bayonne

 

L’habit fait le moine. Parcourir les rues de Bayonne vous fait immédiatement entrer dans la fête. Cette dernière est partout. Chaque rue a son spectacle et son musique band. Les héros de la ville sont des géants trognons et enfantins. Quelques pancartes Anti sexisme nous rappellent que plus tard dans la nuit certains font des bêtises. Si vous avez de jeunes enfants profitez de la fête en journee et ne restez pas trop tard le soir. Il y a beaucoup d’activités toute la journée : fête foraine, course de taureaux, défilé des géants, spectacle de rue…

Apres tous ces efforts on envisage la Plage de Biarritz pour se détendre. Direction le sable fin du Miramar. Un charmant escalier serpente la falaise pour dévaler la pente. Chaque marche vous rapproche du moment où vous allez étendre votre serviette. Chaque marche vous fait penser à ce bain rafraîchissant qui vous attend. Chaque marche vous fait rêver de ce spectacle des surfeurs glissant dans les vagues.

À peine posé le pied sur la plage que vous comprenez la force du pays Basque et le spot de Surf mondialement connu. Ici on oublie les vagues et on passe tout de suite en version rouleaux. L’Ocean est puissant à Biarritz et il y a des jours où la baignade est carrément interdite. C’est le terrain de jeu des surfeurs.

Bon je ne reviens pas dessus. Le Biarrot dort sur une planche de Surf. Il petit-déjeune Surf. Il s’habille Surf. Il se déplace avec son scooter Porte Surf. Il parle Surf. Il chante Surf. Ici le surfeur est roi.

Les jours d’Ocean agité, vous vous orientez vers le culturel. Et là c’est la stupéfaction, le miracle, le graal. Sur les hauteurs de Ciboure, tel le parthenon sur l’Acropole se dresse la villa Leihorra. Au bout de 5 Minutes je suis pétrifié et comprend pour la première fois l’effet Stendhal. Ma famille met plusieurs minutes à me ranimer.

villa art deco

Cette villa art deco est un bijou. Ses lignes s’élancent jusque sur le fronton Basque. Chaque détail est un ravissement des yeux et une perfection de cet art qui n a pris ce nom qu’en 1960. Vitrail à la Braque, grille en pluie de jet d’eau, verre polis à forme géométrique : tout est là.

villa art deco 2

La vue est sublime et donne sur les 3 digues qui protègent la ville de St Jean de Luz érigées grâce à l’empereur Napoleon III. 19h. Il est temps de gagner le concept Bar le plus coooool de la côte : le garage Renauld.

En 2017 m, Basque rime avec branchitude. Bayonne, Biarritz, Guethary, Ciboure, St Jean de Luz… chaque falaise, chaque grain de sable est cool dans cette région. Le garage est un océan de moments sympas. Sweet truck de Lucette, burger truck, sushi bar, pata negra concept, bagels…une vague vous submerge d’envies folles. Pas le temps de déguster, votre regard est happé par la structure Eiffel du garage, par ses tags artys et ses lumières façon cirque. On entrevoit la scène où se joue les concerts. On lance la balle d’un flipper vintage. On tape dans un babyfoot. Et on se termine dans le nouveau dancing. C’est l’été et on hurle « dans le pays Basque, on dormira… mais après les vacances »…

phare gde plage