Enterrement de vie de jeune fille au Touquet

Le Touquet est une destination idéale pour fêter un EVJF. L’année dernière une de mes amies se mariait et nous avons organisé son enterrement de vie de jeune fille au Touquet. Voici le programme sur deux jours que nous lui avions concocté. Nous avons toutes passées un week end inoubliable. Cela peut vous donner des idées si vous aussi vous organisez un EVJF au Touquet.

Samedi matin :   11H : SPA à l’hôtel Westminster : nous lui avions réservé un soin et nous, nous avons profité de l’espace jacuzzi, sauna, piscine. Elle a bien apprécié le soin mais honnêtement je ne vous conseille pas cet endroit. L’espace détente est vieillissant et a une vue magnifique sur les poubelles de l’hôtel. Si vous organisez un EVJF au Touquet je vous conseille de choisir un autre SPA. Cela a été le seul petit loupé du week end, lisez la suite cela vaut le coup.

13h : Déjeuner au bord de la baie de la Canche: à côté du cercle Nautique du Touquet, le restaurant By’s est doté d’une grande terrasse avec une vue panoramique sur la baie de la Canche. La cuisine est simple et abordable (ils servent un rosé bien frais) mais dès qu’un rayon de soleil apparaît les tables extérieures sont très rapidement prises donc il est préférable de réserver.

16h : Char à voile sur la plage. Le char à voile peut paraître un peu impressionnant mais tout le monde peut en faire, en quelques minutes on acquiert les rudiments de pilotage et on peut très facilement profiter de grandes sensations ou se balader tranquillement au bord de la plage. On a des sensations de légèreté et de vitesse c’est super !!!!

18h30 : Apéro les pieds dans le sable. Tout au long de la plage dès que les beaux jours arrivent fleurissent des bars de plage pour passer un peu de temps à admirer l’horizon en écoutant les tubes du moments ou de bonnes compilations.

20h00 : Diner- notre future mariée est fan de fruit de mer donc nous avions commandé un plateau de fruit de mer impressionnant à la poissonnerie Ramet, que nous avons dégusté à la maison pour moins de 20 euros par personne c’était un régal.

22h30 : Karaoké – rue saint jean au Premier étage du Casino, Le bar Philae organise des karaokés les soirs de week end. Le décor Egyptien est assez inattendu mais l’ambiance est bon enfant, le catalogue de tube est immense et si vous n’avez pas peur du ridicule ou si vous êtes entrainées sous la douche pendant des années vous allez passer un super moment.

0h30 : Dancefloor :- rue Saint jean il y a le choix, si vous êtes motivesé vous pouvez essayer tous les clubs jusqu’au bout de la nuit !!

Yoga sur la plage du touquet

Dimanche : Après une journée et une soirée bien remplie le lendemain est un peu difficile : 12h : Yoga sur la plage – faire une séance de Yoga sur la plage est vraiment un moment extraordinaire. Cela change vraiment des séances de yoga dans les salles qui sentent le renfermé. En 1 heure vous vous évadez complètement et vous ressentez la présence des vagues, du vent comme jamais. Il y a plusieurs professeurs de yoga au Touquet en faisant une recherche rapide sur internet vous trouverez facilement un professeur.

14h : Bronzette et briefing de la future mariée

Nous avons toutes passé un week end fabuleux que nous referions bien même sans raison. En navigant sur le site de l’office de tourisme on peut trouver plein d’idée d’activités : équitation, segway, vélo, balade nature dans la baie de la Canche…

Où loger: La touquettoise est idéale à 5 comme à 10 chaque personne à un couchage. Elle peut se louer pour un week end ou plus.

Publicités

Les dessous de la Guadeloupe

Baleine, tortue, Dauphin, poissons tropicaux, langouste, éponge, corail… La Guadeloupe est un aquarium. Voici quelques plongées à ne pas rater.
La marina de St Francois propose 3 clubs de plongée qui vous permettront d’arpenter les meilleurs endroits de la côte. Si vous venez 10 jours profitez en pour passer vos niveaux. Plonger en shorty dans une eau à 30 degrés est très très différents d’une plongée à 5 degrés en semi-étanche! Vous vous sentez tellement libre.
Il n’est pas rare de plonger avec des dauphins. Cela m’est arrivé deux fois à St Francois. Un groupe avec des petits, nous a un jour tourné autour. Malgré l’image positive de l’animal, nous n’en emmenions pas large devant ces géants des mers si rapides et si agiles. Un geste maladroit et ils pourraient nous arracher notre matériel de plongée. Le moniteur nous a demandé de rester au fond et de ne pas bouger. Une expérience mélangée entre peur et féerie.
En haut de grande terre, il existe une plongée plus rare à St Louis. Là on est hors des sentiers battus. Il n y a pas vraiment de club. Il faut trouver un moniteur qui acceptera de vous emmener. D’abord vous tomberez sous le charme de cette ville tranquille où les touristes ne vont jamais.
Ne venez pas pour les vendeurs de glaces et les plages avec du monde. Il n y en a pas. Ici on se croirait dans une ville western avant un duel. Calme et tranquillité. Cagnard et eaux turquoises.
Vous prenez une petite barque. Demandez la grotte aux écrevisses. Cette plongée est très belle et étonnante. Je vous laisse la découvrir. J’ai un souvenir lors de la remontée. Etre ressorti au milieu d’une grosse ondée. Une eau chaude vous rince alors le visage. On passe en quelques minutes du soleil à la pluie, de la pluie au grand beau temps.
A basse terre l’incontournable est de prendre la route de la traversée. Apres une petite heure dans la forêt tropicale, vous ressortez sur la route côtière vers Bouillante. Là c’est l’émerveillement devant les couleurs de la mer des Caraïbes et la petite île de l’Ilet Pigeon.


Fond marins Guadeloupe


A cet endroit c’est l’opposé de Saint Louis. C’est un peu la guerre des clubs et on part par paquet de 20. Mais cela vaut le coup. Autour de l’îlet, appelé aussi réserve Cousteau, la magie opère. On n’a pas besoin de beaucoup descendre. Éponges, coraux, poissons tropicaux, tortues s’offrent à vous en nombre illimité. Attention il y a parfois des courants et il faut faire attention aux essoufflements. Petit jeu : retrouvez le buste du commandant Cousteau qui est quelque part au fond. De retour sur la plage vous ferez une sieste bien méritée sur un sable noir étonnant lié au Volcan La Soufrière. Là retour à la civilisation avec les vendeurs de sorbets et de morceaux de fruits. A vous de choisir entre le silence de la mer et la vie colorée de la plage. Chacun a ses charmes 🙂

 

Quand l’Océan ouvre boutique…

3 lieux, 3 univers et beaucoup de spécialités à ne rater sous aucun prétexte! Il y a de quoi faire un repas entier.
On commence avec les huîtres de l’île de Ré. Pour les amateurs ce sont les meilleures. Bien sur c’est un ostréiculteur de st Martin qui me l’a dit! Mais quand vous êtes devant ces paysages magnifiques avec le vent qui vient vous rafraîchir le visage, vous êtes obligé de le croire au risque de le fâcher.
Parc à huitres de l'île de Ré

Ensuite on ira acheter le pain chez Fred au Touquet. Sa boutique est un spectacle avec son très beau four tournant en vitrine. On est captivé en regardant le boulanger préparer les traditions et les enfourner. A cadence régulière il en ressort du bon pain croustillant et chaud. Vous craquerez bien sur juste à côté en ajoutant une galette au sucre et une tropezienne.

Chargé de pain, vous irez jusqu’à la belle lilloise chercher des émiettés de thon aux différentes saveurs pour les toasts de l’entrée. Cette boutique ne vend pas des spécialités du Touquet mais bien positionnée rue st Jean, on ne peut que craquer.
Conserves la belle lilloise
On montera ensuite dans l’avion pour atteindre la Guadeloupe. Direction le port de st Francois pour acheter des tranches de Tazard (poisson) et des langoustes. On grillera tout ça au barbecue sous un cocotier et on comprendra ce que signifie le mot paradis.
Pour agrémenter ces merveilles de la mer on les accompagnera avec des pommes de terre primeurs de l’île de Ré ou avec des rattes du Touquet (je vous laisse choisir entre ces 2 pommes de terre toutes excellentes).
La ratte du Touquet
Chacun de ces lieux au bord de l’océan propose des surprises gustatives. A manger sur place ou à ramener chez vous comme un trésor de vos bons moments.
Pour assaisonner vos plats, vous prendrez un pot de sel de l’Île de Ré. A Ars en Ré on est au cœur des marais où le balais des sauniers produit l’un des meilleurs sel du monde.
Arrivera la fin du repas où vous rêverez d’un bon chocolat. Il faudra vous rendre à la meilleure chocolaterie du Touquet : le Chat Bleu.
Cette boutique est un voyage à remonter le temps. Rien à changer depuis le début du siècle. Une confiserie chocolaterie comme on en rêve. Des pots de verre rempli de bonbons d’antan, des chocolats bouchées, des orangettes, des mendiants, des paniers remplis de bonbons… Chaque chocolat porte un nom et il y a même la création de l’année…
Pour finir ce voyage des saveurs, je vous propose une inspiration autour du rhum des Antilles. La Guadeloupe propose de nombreuses marques : Damoiseau, Bologne, Karukera…
Votre valise est maintenant pleine. Il est temps de préparer votre prochain voyage.
🙂 Petite précision. Nous n’avons aucun intérêt avec toutes ces marques. Cet article est juste là pour vous donnez quelques idées de produits que nous adorons consommés.

Royales Villas : du rêve au chocolat…

Plus qu’ailleurs, Le Touquet est une ville de Villas. Je vous propose de venir découvrir les plus belles demeures de France. Ici tout est hors norme. Leur nombre est hors norme.
Leur taille est hors norme. Leur qualité est hors norme.

 

A pieds ou en vélo, il est facile de les apercevoir depuis la route. Pour la plupart elles ont été construite dans les années 1900 au temps de l’âge d’or de la station. Le Touquet n’a qu’une centaine d’année mais elle a très vite attiré les célébrités, les sportifs de haut niveau et la bourgeoisie. En 1882 le premier lotissement nommé « Paris Plage » donne son nom à la station.
Toutes les villas du Touquet sont un formidable témoignage des architectures de l’époque. On parle d’ailleurs d’un style Touquettois, de villas du Touquet et le must posséder une Touquettoise. Les villas sont belles mais discrètes. On est loin de la cote d’azur. Il y a beaucoup d’argent mais aucun bling bling. On vit simplement dans une belle maison.
Quand l’expression parle de rat des villes et de rat des champs, au Touquet on sépare les villas de la ville des villas de la forêt. Celui que l’on nomme le créateur de la ville (Alphonse Daloz) acheta plus 800 hectares de garennes dunaires et planta une immense forêt qui donne à la commune une magnifique parure. La ville est séparée en deux : des villas noyées dans la forêt et des villas noyées dans la ville. Séparés, différents, mais tout le monde se retrouve dans cette passion pour cette enclave de tranquillité et d’élégance.

Vous pouvez vous promener à la façon d’un architecte et jouer à retrouver les styles de Bical, Bienaimé, Blocher, Pouillet ou Quetelart. Bon là on est niveau expert.

Vous pouvez repérer les noms des villas et rêvasser en imaginant les histoires qui vont avec. Tata Ice, Way Side, Good luck, le roi d’Ys, La sapinière, Sable d’or, le quart d’heure,  Ivanhoé, Clos Fleuri, le Nain jaune, l’heure espagnole… Qui peut résister à lire tous ces noms magiques qui regorgent de petites et de grandes histoires.
Vous pouvez imaginer ce que pouvait être le front de mer en 1930 en appréciant les morceaux qui n’ont pas été détruits. Le front de mer a été abîmé par la guerre 40 et les constructions des années 80. Il ne reste plus beaucoup de villas mais elles donnent une bonne idée de ce qui exitait.
 Comme un sportif, vous devez faire votre footing entre les villas. Vous ne vous ennuierez jamais en voyant  défiler les architectures, les jardins incroyables, les grandes toitures, les clôtures étonnantes… Vous passerez des tennis au golf, des haras aux chars à voile.
Comme un historique, vous ferez un détour par la plage pour apercevoir les couleurs de l’accessoire incontournable de la villa : la cabine de plage. Jaune, bleue, orange, vert ces 2 M2 sur la plage sont le must. Mais attention le Touquet a ses codes. A chaque style son morceau de plage et ses cabines. Je conseille la partie Atlantique qui rime avec historique. Le deuxième choix de tout Touquettois est celui du club de plage des enfants. Il y a du choix mais attention la tradition est dure et les générations se succèdent dans le même club.
Comme un fou de shopping vous vous promènerez en voulant toutes les acheter. Mais attention il faut avoir le porte monnaie bien rempli. Comptez au moins sur 50 bâtons!
Si vous n’avez pas assez ou si celle dont vous rêver ne est pas encore à la vente, vous irez vous consolez au chat bleu avec comme son nom ne l’indique pas un chocolat. Prix 3,5€.

Footing Sel et Lapins

 

Voici le secret du footing de Ars en Ré. La recette a été déposé il y a très très longtemps à l’époque où les pionniers posaient le premier pied sur cette île magique. Voici les ingrédients : du sel, des lapins, de l’air frais et de la musique.

Le soleil se lève, il est 8h00, vous sortez de votre couette et sautez dans vos baskets. Bien sur vous avez hésité avant de vous lever. Il fait 2 degrés dehors et 25 degrés dedans. Ces 23 degrés de différences sont autant de raisons de vous lever pour brûler ces 23 calories de trop que vous avez ingurgitées en dégustant une magnifique tarte au citron meringuée la veille.

Mais il y a mieux pour vous motiver : découvrir les secrets du footing Sel et Lapins.

Vous courrez directement vers le port d’Ars et vous contournez les quais sur la droite pour atteindre le chemin des marais. Bien sur, ne vous inquiétez pas, vous n allez croiser personne. A 8h un dimanche avec du vent et une température de 2 degrés, les candidats sont rares. Les couettes sont pleines.

Vous êtes au top de votre forme, vous commencez à courir le long du canal marquant l’entrée du port. Le soleil se lève sur les petits rectangles miroirs des marais. Bon là on est dans le cliché et on a la nausée. Mais le vent vient vous réveiller et vous sort de la carte postale. Il vous fouette le visage. Il rentre partout et vous glace le corps. Mais c’est bon. Vous continuez comme porté par les événements : le vent, le soleil, le froid agissent comme des moteurs.

Reste le sel. On est dans les marais. L’air a un goût salé. Faire un footing ici c’est courir dopé au sel. La saveur de cette course prend alors une autre tournure. Le dernier ingrédient est la musique. Je propose un petit air de Thomas Dutronc qui l’été dernier faisait merveille au festival du jazz du phare de la Baleine.

 

Vous poursuivez cette course matinale entre la mer et les marais dynamisé par les rythmes du jazz manouche. Il n’y a personne. Vous vous demander pourquoi vous n’êtes pas sous la couette. Et là, la magie opère. Un, deux, trois, quatre lapins sortent des bosquets. Vous avancez. Ils prennent la fuite. Vous avancez. D’autres sortent un peu plus loin. Vous avancez et vous ne savez plus où donner de la tête.

Vous courrez avec une multitude de petits amis. Mais vous vous rendez vite compte que vous courrez à la vitesse d’un escargot. Vous accélérez pour courir plus proche des lapins. Encore raté. Les lapins sont dix fois plus rapides.

Vous êtes honteux de vos performances mais vous êtes au top. Votre footing ne ressemble à rien de connu. Il se déroule sur une autre planète. Celle des lapins.

Mais ce footing vous propose une dernière surprise animale. Une girafe. Un drôle d’engin en fer déguisé de jaune et marron. On est décidément jamais seul à Ars.

Alors oui ce footing est à faire et à refaire. Sortez de vos couettes et venez à Ars profiter du secret le mieux gardé : le footing Sel et Lapins.
Je vous propose une idée complémentaire pour le déjeuner : cuisiner un lapin aux olives et au sel de Ré. Vous voilà enfin venger 🙂

Le Sucre du Paradis

Quand vous vous promenez en Guadeloupe, vous apercevez souvent des champs de banane, plus rarement des champs d’ananas et la plupart du temps des champs de canne à Sucre. Que cache cette herbe magique qui semble pousser toute l année? Comment allez au delà des deux à trois choses que tout le monde sait déjà? Comment voyager dans le temps avec ces petits grains blancs de plaisir? Venez suivre les chemins du paradis du Sucre.

Premier incontournable. Allez voir la récolte des cannes à Sucre dans les champs. Une vraie féerie opère. Sortez de votre voiture et entrez dans le champ pour voir cela de plus près. Attention il faut être équipé car les feuilles de la canne sont coupantes et de bonnes chaussures s’imposent. Des gigantesques machines, telles des monstres de fer s affairent pour couper les cannes. Et il faut du lourd pour couper ces bâtons chargés du précieux jus.

On restera bien sur à distance des terribles mâchoires en acier du monstre à moins d avoir besoin de se débarrasser d une personne encombrante. Certains n ont pas peur de s approcher. Ce sont les héron piques-boeuf qui profitent de la mise à nue du terrain pour manger les insectes. Il y en a des centaines. Comme ils sont tout blanc on a l’impression qu il neige en Guadeloupe.

Une fois la canne récoltée elle prend alors deux chemins : soit celui de la sucrerie Gardel, soit celui de la rhumerie Damoiseau, toutes deux près de la ville du Moule. Dans ces lieux deux magiciens vont transformés ces bâtons en 2 incontournables de la Guadeloupe et vont vous obliger à faire appel à tous vos sens.

Côté sucre on utilisera le toucher et le goût. Venez arpenter l’usine Gardel. Apres vous etre endormi devant les explications savantes des étapes de la fabrication, vous serez réveillé par le bruit du sucre qui coule sur le tapis. Tendez la main pour chaparder quelques grains translucides de sucre. Vous sentirez tout d abord la chaleur du sucre qui sort tout juste des immenses machines et ensuite vous goûterez et serez transporté dans les îles. Enfin. En fait vous y êtes déjà.

A moitié sous le choc de ces sensations, vous aurez besoin d un remontant : un verre de rhum.

Côté rhum, on aura surtout besoin de son odorat et son goût, enfin ce qu’il peut en rester apres le passage d une boisson à 55 degré. L’incontournable c’est de se mettre au dessus des cuves en fermentation. Je précise qu’il est interdit d’aller ce baigner dans ces piscines géantes de rhum. Les vapeurs sont si puissantes que quand on reste 30 secondes au dessus, on a déjà bu l’équivalent d’un verre.

L’usine du rhum Damoiseau est sans équivalent. On peut se promener partout. Se mettre sous le camion qui décharge la canne, mettre la main dans un engrenage, circuler en tong sur des grilles industrielles, approcher les cuves… On a de la chance si on en ressort vivant mais c est ça qu on aime : voir une entreprise au plus près comme si on travaillait dedans.

 

 

Cette usine est une machine à voyager dans le temps. Les pistons vont et viennent. Les bieles tournent. Les engrenages s’agitent. Tout fonctionne comme au début du siècle.

D ailleurs attention il est temps de partir goûter un rhum dans la cabane sinon vous allez vous faire embaucher sur la chaîne d’embouteillage!

Je vous propose ensuite un jeu, celui de repérer toutes les cheminées plus ou moins en ruine quand vous vous baladez. Au pied de chacune d’entre elle, il y avait une rhumerie ou une usine à sucre.